Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 décembre 2013 6 14 /12 /décembre /2013 10:13

 

2013-12-13 11.16.57Allocution prononcée par le Col (er) MICHEL Maurice et le LT Col (er) Michel BRAULT  lors de la cérémonie organisée le 13 décembre 2013,  à la mémoire des marsouins parachutistes  tués  lors de l’opération SANGARIS à BANGUI en RCA dans la nuit du 9 au 10décembre 2013.

 

Introduction.

Merci au Souvenir Français de Bourg les Valence, d’ avoir organisé cette cérémonie d’hommage pour nos 2 soldat tués en opération.

Merci aux élus de toutes sensibilités politiques ,.aux associations patriotiques, aux autorités militaires de la garnison d’être là.

Merci enfin à tous ceux qui sont venus là ce matin, pour témoigner leur reconnaissance à ces soldats et leur soutien à leurs proches et au Régiment.

 

Aujourd’hui nous saluons la mémoire de 2 parachutistes du 8ème Régiment d’infanterie de Marine de CASTRES ;Antoine Le QUINIO et Nicolas VOKAER morts au combat , dans la nuit du 9 au 10 décembre à BANGUI.

Les faits.

Dimanche soir, dans le but de controler la zone d’action de leur unité, une section de la 1ère Cie , effectuait une patrouille à pied, vers la sortie nord de BANGUI. Peu avant minuit, la section parvenue à 1200m de l’aéroport a été prise à partie à très courte distance par des individus munis d’armes légères d’infanterie,. L’unité française a ripostè, mais au cours de l’échange des tirs, les 2 parachutistes du groupe de tête ont été grièvement blessés. Ils ont été immédiatement pris en charge médicalement par leurs camarades, avant d’être évacués vers l’antenne chirurgicale avancée sur l’aéroport M’POKO de BANGUI,où ils sont décédés des suites de leurs blessures. Ce sont les premiers morts au combat de cette opération. Bien que poursuivis, leurs agresseurs non identifiés, ne seront pas retrouvés.

 

Cette action française se déroulait dans le cadre légal, en application d’ une résolution du Conseil de Sécurité de l’ONU, qui vient de créer une mission internationale de soutien à la République centrafricaine (la Misca).

Le 11 décembre au soir, le président de la République de retour d’Afrique du Sud  a tenu à venir s’incliner devant la dépouille de nos deux soldats.

Il a déclaré à cette occasion : « Ces soldats ont perdu la vie pour en sauver beaucoup d’autres ». Leur corps devrait être rapatrié en France en fin de semaine. Une cérémonie d’hommage national, en présence du chef de l’Etat,  leur sera rendu lundi à 11h30 aux Invalides selon le cérémonial désormais en vigueur .


Evocation des 2 paras.

Le Marsouin Parachutiste Nicolas VOKAER était né le 11 juillet 1990 à TREMBLAY en France (93). Après avoir suivi des études professionnelles, il obtient à 18 ans un  BEP option vente et action marchande. En 2011, il souscrit un contrat d’engagement pour 3ansdans l’Armée de Terre. Au titre du 8ème RPIMa de CASTRES ;

Dans ce régiment il suit une formation initiale de 6 mois. A l’issue de celle ci , sa hiérarchie estime qu’il est parfaitement apte au métier des armes et qu’il dispose d’un fort potentiel d’avenir.

Le 6 décembre 2011, il est élevé à la distinction de soldat de 1ère classe et il est breveté parachutiste. Il est alors affecté à la 1ère compagnie de combat du Régiment où il occupe la fonction de tireur spécialiste « appui direct ». Le 29 juillet 2012, il obtient le certificat technique élémentaire combat infanterie spécialité « voltigeur » ..

De décembre 2012 à mars 2013, il est désigné avec sa compagnie pour l’opération « Boalie 31 » en RCA en qualité de « tireur spécialiste appui direct ». Le 17 octobre dernier, il est engagé avec sa compagnie dans la même spécialité, pour une mission au sein du 6ème BIMa au GABON.

C’est dans ce contexte que son unité est placée en alerte opérationnelle « Guépard » suite aux graves évènements qui se déroulent en RCA . Le 5 décembre, elle est projetée à BANGUI , dans le cadre de l’opération « SANGARIS » qui vient d’être déclenchée.

C’est au cours de celle ci qu’il trouve la mort au combat à l’âge de 23 ans.

 Nicolas VOKAER était célibataire. Il était décoré de la Médaille de bronze de la Défense et de la Médaille d’Outre Mer avec agrafe RCA. Il avait reçu une lettre de félicitation collective pour services rendus. Il a été tué dans l’accomplissement de sa mission au service de la France.

 

Le Marsouin parachutiste Antoine Le QUINIO, était né le 10 mai 1991 à AGERS (Maine et Loire).

Ses études avaient été sanctionnées par le bac technique »option pilotage des systèmes de production automatisée. . en 2011, il avait souscrit un engagement de 5 ans en qualité d’engagé de l’armée de Terre. Le 3 novembre 2011, il rejoint le 8ème RPIMa de CASTRES où il suit sa formation initiale pendant 6 mois. En février 2012, il est breveté parachutiste. Il reçoit la distinction de 1ère classe en mai 2012. Il est alors affecté à la 1ère Cie du Régiment avec la fonction d’aide tireur du missile anti char « ERYX ».

Le 26 février 2012, il obtient le Certificat Technique Elémentaire du combat de l’Infanterie , option : combat débarqué ».

De décembre 2012 à mars 2013, il participe au sein de sa compagnie à la mission « BOALIE 31 »en RCA.

Depuis le 17 octobre sa compagnie était en mission au 6ème BIMa au GABON ;

Il y occupait la fonction « d’ aide tireur missile AC. Mise en alerte « Guépard », à la suite des graves évènements de Centrafrique, la compagnie est projetée le 5 décembre sur BANGUI dans le cadre de l’opération « SANGARIS ».

C’est au cours de celle ci qu’il trouve la mort au combat à l’âge de 22 ans.

 Antoine Le QUINIO était célibataire. Il était décoré de la Médaille d’Outre Mer avec agrafe RCA. Il avait reçu une lettre de félicitations collective pour services rendus. Il venait de contacter un nouvel engagement pour une durée de 2 ans. Il a été tué dans l’accomplissement de sa mission au service de la France.

Commentaire.

 

Ces 2 jeunes paras ont droit à notre reconnaissance et à l’hommage du pays. Ils ont le droit de ne pas disparaître dans l’indifférence et l’anonymat. Ils ont le droit que l’on perpétue leur souvenir et leur exemple.

C’est ce qu’ont demandé et obtenu nos associations d’anciens combattants, avec l’hommage national rendu à Paris lors de leurs obsêques, avec l’hommage collectif à tous les soldats morts pour la France le 11 novembre et avec l’inscription de leur nom sur le marbre de nos monuments.

Tout cela est désormais compris et je pense admis par nos concitoyens.

 

Mais si nos hommes continuent à se comporter magnifiquement sur les multiples théâtres d’intervention, à se donner sans compter jusqu’au sacrifice suprême, comme nous le rappellent encore Le QUINIO et VOKAER,  ils sont en droit d’attendre de ceux qui les envoient au casse pipe, je parle des responsables politiques, qu’ils leur donnent les moyens pour conduire à bien leurs missions à haut risque, dans un environnement complexe et toujours différent.

Malheureusement la récente adoption par le Parlement, du nouveau livre blanc,  qui décide des moyens financiers à consacrer à la Défense pour les prochaines années ne va pas du tout dans ce sens. Il n’ont jamais été aussi bas avec 1,5% du PIB. Nous ne pouvons que le déplorer. Certes la situation économique impose à notre pays des économies drastiques, mais il ne faut jamais oublier qu’en fin de compte c’est le soldat sur le terrain qui paie l’addition.

 

Ce n’est pas le moment ni le lieu de dénoncer les décisions prises par nos gouvernants.  Puisque la décision a été prise , une nouvelle fois dans l’urgence d’engager nos soldats, pour éviter une véritable guerre ethnique et religieuse, nous devons être à fond derrière eux. C’est une évidence.

Nous devons cependant constater que nous venons  d’engager 1600 soldats , dans un pays plus vaste que la France pour y rétablir la sécurité, pour protéger sa population et pour garantir l’acheminement de l’aide humanitaire. Or ce pays se trouve sans gouvernement reconnu,  sans structures légales et administratives, sans institutions et  dans l’anarchie la plus totale.

Pour réaliser tout cela la France est bien seule et ses moyens sont bien limités. Quant à la durée de l’intervention, certains responsables ont parlé de quelques mois comme si l’on pouvait prévoir à l’avance l’évolution d’une situation que nous ne maitrisons pas. L’exemple du Mali et là pour nous le rappeler.

Nous disons donc notre vive inquiétude et notre préoccupation quant à la suite des évènements en Centre Afrique.


Conclusion.

 

Pour terminer, je voudrais à nouveau redire , que la démarche entreprise  et poursuivie à l’initiative d’Yves GUILLOUD pour sensibiliser nos concitoyens à la mort en opération de nos soldats est nécessaire et exemplaire. Elle est désormais reconnue par le monde associatif patriotique de nos 2 départements . En effet, elle permet de témoigner localement de notre soutien à nos armées. Notre cérémonie de ce matin sera envoyée comme nous le faisons chaque fois au Régiment, et par lui aux familles endeuillées . Cela sera notre modeste mais sincère contribution, et nous l’espérons, un peu de réconfort dans le drame que vivent actuellement 2 familles françaises qui pleurent leur fils.

 

 

Antoine et Nicolas, que Saint Michel vous gardent auprès de lui , et protège votre famille
Nous présentons nos condoléances les plus sincères à vos familles et à votre glorieux régiment qui a déjà payé un lourd tribu lors des missions au service de la France. Cet événement douloureux illustre une nouvelle fois la définition par le Mal Lyautey  des Troupes de Marine « l’arme de tous les héroïsmes et de toutes les abnégations ». 

2013-12-13 11.19.00

2013-12-13 11.19.06

Partager cet article

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT - dans DEVOIR DE MEMOIRE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du président des combattants volontaires de la Drôme, LCL BRAULT
  • Le blog du président des combattants volontaires de la Drôme, LCL BRAULT
  • : Blog de la section Drôme de la fédération nationale des combattants volontaires
  • Contact

Recherche