Samedi 26 novembre 2011 6 26 /11 /Nov /2011 07:56

00520114Ci dessous les conditions de candidature pour la filière "pilote" des officiers sous contrat (il n'y a plus de recrutement de sous-officiers pilote dans l'ALAT) et une information sur la sélection réalisée à Vincennes. Une aptitude médicale PN est également exigée. Pour 2012 le volume des candidats à recruter sera le même, pour 2013 il sera de 58.

OFFICIERS SOUS CONTRAT FILIERE PILOTE (OSC/P)

TEXTES DE REFERENCE

Décret n° 2008-939 relatif aux officiers sous contrat du 12 septembre 2008.

Décret n° 2008-940 portant statut particulier du corps des officiers des armes de l’armée de Terre du 12 septembre 2008.

Instruction n° 1220 /DEF/RH-AT/PRH/LEG du 07 juillet 2010, relative aux officiers sous contrat de l’armée de Terre.

CONDITIONS DE CANDIDATURE

Détenir au minimum un diplôme de fin de second cycle de l’enseignement secondaire général, technologique ou professionnel ou titre ou diplôme classé au moins au niveau IV.

Etre âgé de moins de 29 ans au premier jour du mois de souscription du contrat initial d’engagé. Pour la promotion de janvier 2011, les candidats devront être nés après le 1er janvier 1982 exclus.

Pour la promotion d’avril 2011, les candidats devront être nés après le 1er avril 1982 exclus.

Pour la promotion de septembre 2011, les candidats devront être nés après le 1er septembre 1982 exclus.

POINTS PARTICULIERS

Les OSC/P sont rattachés au corps des officiers des armes (COA).

Le volume à recruter pour 2011 est de 61 postes, répartis sur trois promotions janvier (20/21), avril (20/21) et septembre (20/21).

Les OSC/P sont recrutés pour un contrat d’une durée de 10 ans. Un premier contrat en qualité d’EOSC/P de deux ans est souscrit pour la formation initiale jusqu’à la qualification de pilote d’hélicoptère, suite à la réussite de la qualification ce contrat est renouvelé pour deux ans en vue d’obtenir la qualification pilote d’hélicoptère de combat.

Ils ont vocation à servir comme pilote de combat puis chef de bord, jusqu’à 20 ans de contrat (2ème contrat de 10 ans). Pour les meilleurs d’entre eux, ils pourront tenir des fonctions de chef de patrouille, de moniteur, voire commander une unité élémentaire.

Formation initiale de 14 semaines aux ESCC. Puis ils rejoignent la base ALAT de DAX pour suivre leur formation de pilote d’hélicoptère pendant 12 mois.

 

nhe.jpg

Le stage pilote se divise en :

- Une phase d’instruction théorique de 4 mois, durant laquelle l’élève-pilote doit valider 7 UV portant notamment sur l’aérodynamique, la mécanique, la règlementation aérienne, la météo, l’anglais ... Les études conduites sur les facteurs de réussite aux examens théoriques montrent l’importance de la motivation, des capacités d’investissement ainsi que des aptitudes au raisonnement numérique, spatial et verbal ;

- Une phase pratique de 8 mois, pendant laquelle l’élève-pilote effectuera 135 heures en vol et sur simulateur. Dans un premier temps, la formation porte sur l’apprentissage des évolutions de base (vol stationnaire, atterrissages, décollages, accélérations, décélérations, virages ), complétées dans un deuxième temps par des apprentissages plus délicats, comme les procédures d’urgence (réalisation d’une soixantaine d’atterrissages turbine coupée), le vol en campagne, en montagne, de nuit, aux instruments ou encore la navigation à basse et très basse altitude.

 

A l’issue de cette formation ils sont affectés dans leur régiment, où ils poursuivront durant deux années leur formation par des modules spécialisés, d’une durée variable, dispensés à l’EALAT du LUC.

SELECTION

L’armée de Terre a fait le choix ambitieux de sélectionner ses futurs pilotes d’hélicoptères en 36 heures.

Même si il se traduit par un taux de sélection sévère d’environ 1 pour 10, le choix des futurs

OSC/P se fait sur la base de tests spécifiques portant sur quatre facteurs majeurs: la motivation, la personnalité, les aptitudes cognitives et les aptitudes psychomotrices. Ce choix est judicieux dans la mesure où il garantit un excellent taux de réussite en stage pilote, de l’ordre de 85%, et permet, par contrecoup, de limiter les coûts de sélection et de formation.

Les facteurs de sélection les plus prédictifs de réussite en vol sont alors:

- certaines dimensions de personnalité : stabilité émotionnelle, caractère consciencieux, capacité de remise en question ;

- des aptitudes cognitives : raisonnement numérique et spatial, capacités de mémorisation ;

- et surtout de réelles aptitudes psychomotrices : coordination, dosage, réflexes et partage de l’attention.

A noter enfin que :

- 75% des éliminations en sélection résultent de capacités psychomotrices insuffisantes ;

- même si les tests de sélection ne sont pas directement corrélés avec le parcours scolaire, ce sont pourtant les titulaires d’un bac S ou STI qui s’en sortent le mieux.

 

La sévérité de ce taux de sélection s’explique notamment :

- par le rythme et l’exigence du stage pilote ;

- mais aussi par l’arrivée d’hélicoptères de nouvelle génération (CARACAL, TIGRE, NH90), très coûteux et plus complexes à mettre en œuvre ;

- et, surtout, par la responsabilité du pilote en vol qui engage la vie de l’équipage, la sienne et la sauvegarde de sa machine.

 

Par LCL MICHEL BRAULT - Publié dans : DEFENSE NATIONALE
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
 
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés