Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 20:47

 70 ans après un épisode tragique et pénible de l’histoire de France paraissent de nombreux livres d’intérêt variable et  qui présentent des explications plus ou moins acceptables dès lors que l’on veut remettre en perspective les années qui ont précédé la guerre. Mon propos concerne les combattants de cette courte campagne qui ont vu trop souvent leur mémoire entachée par des affirmations injustes et des raccourcis simplistes à force d’être simplificateurs.

 

Défaite ? Oui. Débandade généralisée ? Non.

 

Le glorieux épisode des cadets de Saumur n’a pas été un cas isolé de résistance farouche et déterminée à l’envahisseur allemand.

 

Les troupes ennemies  se trouvaient en mai 1940 dans un rapport de forces favorable ; trois contre deux pour les forces terrestres, deux contre un en ce qui concerne les avions et une doctrine d’emploi désuète pour un nombre comparable de blindés. Notre haut commandement n’était pas plus à la hauteur des enjeux que nos responsables politiques, qu’il n’est pas injuste  de qualifier de velléitaires et pour certains d’aveugles voire de lâches.

 

Les combats ont été intenses dans bien des endroits du champ de bataille et il serait temps de rendre hommage à tous ceux qui sont morts au combat face à l’ennemi. Le nombre de 100 000 morts est souvent annoncé. Même s’il est excessif ,il montre une intensité de combat comparable aux mois les plus meurtriers de la Grande guerre.

 

Des milliers et des milliers de soldats, appelés ou engagés, métropolitains et coloniaux, de sous-officiers et d’officiers sont morts dans des combats héroïques. Plus de 500 Saint-Cyriens ont péri au combat et pour certains en choisissant délibérément de mourir fusillés au milieu de prisonniers africains massacrés par des troupes allemandes.

 

Qui peut faire semblant d’oublier l’abnégation et l’esprit de sacrifice des troupes françaises protégeant le rembarquement des britanniques dans la poche de Dunkerque ?

Qui peut oublier les succès de l‘armée des Alpes alors qu’elle combattait dans un rapport de forces très défavorable ?

 

Battus oui, vaincus non ! L’humiliation a touché ceux qui ont fléchi, l’honneur est demeuré chez les soldats qui se sont battus.

 

Ceux qui, parmi ces derniers, ont survécu et échappé à la grande capture qui a suivi l’armistice ont choisi très souvent de trouver le chemin des Forces Françaises Libres, de la Résistance et de l’armée d’Afrique. C’était poursuivre sur le chemin de l’honneur.

 

Certains concitoyens, souvent pour des raisons idéologiques ou politiciennes, ont réussi pendant trop longtemps à faire croire que l’armée Française s’était débandée. La supercherie lèse profondément la mémoire des morts au combat et celle de ceux des combattants qui ont  senti leur cœur se soulever de cet excès d’injustice et d’ingratitude.

 

Lisez des ouvrages qui sortent sur une période qui a tant fait souffrir les Français. Nous apporterons notre petite pierre dans le Casoar d’octobre dont le dossier sera consacré à un modeste hommage à nos anciens morts au combat et dans une certaine mesure à leurs hommes.

.

L’honneur de ces hommes morts au combat est d’avoir tout donné alors même que tout semblait perdu.

 

Il est juste d’en parler et de s’en souvenir avec plus de justice.

 

  

Général de corps d'armée (2S) Dominique Delort
Promotion Lt-colonel Brunet de Sairigné (67-69)

Partager cet article

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT - dans ANCIENS COMBATTANTS
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du président des combattants volontaires de la Drôme, LCL BRAULT
  • Le blog du président des combattants volontaires de la Drôme, LCL BRAULT
  • : Blog de la section Drôme de la fédération nationale des combattants volontaires
  • Contact

Recherche