Madame,

En premier lieu, permettez moi de me présenter. Je suis le président général d'une association reconnue d'utilité publique, connue sous le nom de « Société Nationale d'Entraide de la Médaille Militaire ».

La société, que j'ai actuellement l'honneur de diriger, est composée à ce jour de 61.000 membres. Je pense que ce n'est pas vous faire offense que vous rappeler ce qu'est la Médaille Militaire, créée par Napoléon III le 21 mars 1852. Tous les grands hommes qui ont marqué l'histoire de notre pays se sont attachés, depuis sa création, à rendre hommage à ce qu'elle représente d'essentiel,  à savoir la haute qualité des services rendus à notre patrie, et cela avec « Valeur et Discipline » selon sa belle devise.

Car la Médaille Militaire est un brevet de noblesse, celui que confère l'attachement à « Servir », jusqu'à la mort s'il le faut. Madame, le conflit afghan creuse de larges brèches dans les rangs de nos forces engagées sur ce territoire et je suis profondément attristé ainsi que tous mes compagnons lorsque nous regardons les informations diffusées par la chaîne TF1 dont vous êtes la Directrice de l'information.  Madame, ne pensez-vous pas que le retour de nos soldats, enfants de France, tués en opération mériterait mieux que quelques secondes d'images ? Croyez-vous que la descente d'avion de leurs dépouilles et notamment la remise de la Médaille Militaire  pour les soldats et sous-officiers, serait une insulte envers celles et ceux qui parlent de liberté et de paix en réfutant les armes parfois hélas, seules à les imposer ?

Certes, il est plus confortable de se donner bonne conscience en regardant un match de foot, au chaud devant la télé 16/9ème plasma et en buvant une bière que d'être dérangé par les commentaires d'un journaliste sollicitant une pensée pour ces soldats morts en terre étrangère. Quelques minutes d'attention pour ceux qui, par une chaleur torride ou au froid dans les neiges durant plusieurs jours, entendent siffler les balles, exploser des obus…avec la peur au ventre mais le courage au cœur pour faire face.

Bien sûr que c'est leur métier, celui de servir notre pays  quelle que soit  la mission, mais le téléspectateur n'est-il pas en droit de tout savoir et d'éprouver un peu d'émotion au retour de nos jeunes camarades morts pour une certaine idée de la France ?  

Madame, je suis désolé de constater et de vous écrire que votre information est tronquée. Certes, les voitures qui brûlent dans nos banlieues ou autres sujets d'actualité font certainement plus d'audience, ce qui est manifestement votre seul objectif. Nous le déplorons avec amertume, d'autant que notre société prend en charge financièrement les orphelins (actuellement au nombre de 53) et ce, jusqu'à leur majorité. Conscient que l'envoi de ce courrier est inutile, permettez-moi cependant Madame, de garder l'espoir qu'il vous parviendra et que sous votre haute autorité, mon message sera perçu. En remédiant à cet état de fait, sans aucun doute, vous vous honoreriez.

Je vous prie d'agréer, Madame, l'expression de mes salutations distinguées.

François GELLIBERT
Président de la Société Nationale d'Entraide de la Médaille Militaire  

PS : Ce courrier adressé à Mme Catherine Nay de TF1 est identique à celui  adressé à Mme Arlette Chabot de France Télévision (chaînes 2 et 3).