Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
5 décembre 2013 4 05 /12 /décembre /2013 08:26

SCAN0023

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT
commenter cet article
19 novembre 2013 2 19 /11 /novembre /2013 21:18

afficheloto2013

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT
commenter cet article
6 novembre 2013 3 06 /11 /novembre /2013 06:57

SCAN0019

SCAN0020

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT - dans DEVOIR DE MEMOIRE
commenter cet article
5 novembre 2013 2 05 /11 /novembre /2013 18:55

 

Interventions sociales

Chaque année l’ONAC -VG attribuait des crédits (5 900 € en 2013 pour la FNCV et 460 000 € pour l’ensemble des associations dont la FNACA, l’UNC, l’ARAC, la Société d’entraide de la Médaille militaire, la FNAOM, la FNAME, etc…) qui permettaient de financer  sans formalisme excessif une action sociale d’urgence ou des marques d’attention (colis de Noël, par exemple, offerts aux compagnons âgés, gerbes et plaques sur les tombes, etc...).


A compter du 1er janvier 2014 plus aucun crédit ne sera délégué à ces associations. Ces crédits seront gérés par la commission « mémoire et solidarité » des conseils départementaux de l’ONAC –VG.

En conséquence, les associations départementales de la FNCV transmettront dorénavant toutes  les demandes d’intervention  financière de leurs adhérents, ressortissants de l’ONAC–VG, au service départemental géographiquement compétent.

Le service départemental instruira chacune des demandes et les soumettra à la commission départementale, émanation du conseil départemental pour les anciens combattants et victimes de guerre et la mémoire de la Nation, compétente pour examiner les questions de solidarité.

 

A l’issue de chaque réunion des commissions, les services départementaux informeront les sections concernées  et les compagnons de la suite des demandes formulées.

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT - dans ANCIENS COMBATTANTS
commenter cet article
4 novembre 2013 1 04 /11 /novembre /2013 18:38

Le Loto de la section aura lieu le samedi 23 Novembre 2013 à la Maison de la Vie Associative (salle n°1), 74 route de Montélier 26000 Valence. Il débutera à 15h et les lots principaux seront une TV numérique écran plat de 82cm, un GPS pour voiture, un lecteur de DVD/Karaoké, une plancha et de nombreuses quines ( Brandy, vin, filets garnis de produits d’Espagne..). Les cartons seront vendus sur place au prix de 2,50€ (10€ les 5) et un bar sera activé. Ce loto, destiné à financer nos œuvres sociales et nos activités, n’est pas réservé aux adhérents de la section aussi je vous demande de faire sa promotion autour de vous pour attirer un maximum de participants et de ne pas hésiter à inviter les membres de votre famille et vos amis. 


afficheloto2013

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT - dans FNCV ACTIVITES
commenter cet article
3 novembre 2013 7 03 /11 /novembre /2013 10:08

soldats-blanc-et-noir-14-18L’année du Centenaire de la Grande guerre va débuter, déjà les émissions se font plus nombreuses en France et les poncifs reviennent en force. Le terme de « boucherie » ressort si souvent que l’on peut se demander si certains ne veulent pas réduire cette guerre hors du commun à ce qualificatif. Evidemment les mêmes en profitent pour tirer dans le dos de ceux qui commandaient à l’époque au point que l’on devrait finir par croire que les généraux allemands devaient être particulièrement nuls pour ne pas avoir vaincu une nation plus petite même aidée par les britanniques ! Le problème des fusillés occupe l’espace médiatique au-delà du compréhensible.

Fin octobre, un dimanche, j’ai visité en Pologne le camp de Majdanek où vécurent et moururent soldats, résistants et juifs polonais. J’ai vu entre cent et deux cents jeunes israéliens, drapeaux d’Israël au vent, arpenter lentement les longues avenues du camp longeant des baraquements et des miradors. Dans leurs yeux et sur leurs visages se lisaient plus la nécessité de devoir défendre leur pays que la compassion pour leurs aïeux si respectés. Le lendemain à Varsovie, au musée de l’insurrection, c’étaient des dizaines de collégiens avec leurs professeurs qui apprenaient avec respect et admiration l’histoire de leur ville et celle de ceux qui luttèrent jusqu’au bout.

Les uns et les autres m’ont rappelé ces cars de jeunes britanniques arrêtés non loin des nombreux cimetières de la Somme et du Nord de la France. Je m’étais fait la réflexion, il y a moins de dix ans, qu’anglais, canadiens, australiens donnaient un sens profond au sacrifice de leurs anciens en terre française. J’avais été déçu un peu plus tard à la cote 104, au Mort-Homme, aux Eparges, à Fleury, à Douaumont et même à Dachau, où fut exécuté le général Delestraint, de ne pas croiser plus de jeunes français, avec leurs parents ou encadrés par leurs professeurs, à la découverte d’une vision de l’histoire pourtant si facile à présenter.

            

L’année du centenaire ne doit pas être celle des lamentations mais celle de réflexions sur le sens du devoir dès lors que l’on fait partie d’un pays, d’une communauté nationale. Cette guerre ne fut pas la guerre «la plus idiote» comme la qualifiait un quidam patenté d’un média, mais une guerre de légitime défense se déroulant sur notre sol. Il serait bon de s’arrêter sur le respect du à cette génération qui a tout donné pour la liberté de notre pays et a souffert pour que le dernier mot ne soit pas laissé à nos ennemis d’alors.

Dans cette guerre d’une infinie dureté trop d’hommes ont souffert pour que leur sacrifice soit rabaissé, ravalé, méprisé en fin de compte. Si les historiens ont une mission c’est d’abord de veiller à ce que l’histoire ne soit pas réécrite sous le prisme d’idéologies du XXI siècle. Si les chefs militaires de maintenant ont un rôle c’est celui de ne pas tolérer que les hommes et les chefs de cette Grande guerre soient jetés dans les fossés nauséabonds choisis par les petits commis du « tous pourris » ; trop laisser dire serait saper les fondements de notre société française. S’il y a une attente vis-à-vis des hommes politiques, c’est qu’ils expriment le respect du à des hommes comme Clemenceau, des généraux comme Joffre et Foch et aux millions de soldats Français qui ont fait leur devoir. La Patrie a été reconnaissante après la Grande guerre, quelle injustice, quelle déchéance si elle ne l’était plus un siècle plus tard.

A l’occasion de l’année du centenaire les « gardes rouges de l’idiotie compassionnelle », suivant l’expression d’Alain Finkielkraut, ne doivent pas imposer leur  « politiquement correct ». Il faut, c’est en tout cas mon souhait, qu’historiens, chefs militaires et hommes politiques n’aient pas peur. La France est belle et encore assez grande, nous le devons à ces hommes de 14-18. Ne laissons pas Polonais, Israéliens, Britanniques et tant d’autres nous rappeler dans un leitmotiv éternel que la compassion c’est bien, mais que le respect pour ceux qui ont fait « leur devoir » est plus important pour la survie d’une société. La compassion accompagne les douleurs,  elle a donc seulement sa place entre et pour des survivants.

Depuis 5 ans le dernier poilu a disparu il nous reste à nous arrêter sur le sens du devoir et à exprimer le respect du à ces générations engagées jusqu’au sacrifice pour notre Patrie.

 

Général de corps d'armée (2s) Dominique DELORT 
Président de la Saint-Cyrienne

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT - dans DEVOIR DE MEMOIRE
commenter cet article
30 octobre 2013 3 30 /10 /octobre /2013 17:33

Pierre Bocaccio, un soldat et un ancien de l'ALAT vient de nous quitter, si vous avez le temps lisez le parcours d'un homme qui a servi la France mais aussi qui a ouvert son cœur et donné de son temps pour aider les enfants défavorisés du Vietnam.
Voici son histoire au travers de l'hommage que je lui ai rendu ce matin. 

P1070751

"Pierre, je suis venu avec nombre de tes compagnons de l’amicale des anciens de l’aviation légère de l’armée de terre et j’ai la délicate tâche d’évoquer ton passé militaire, tu as bien servi la France, son drapeau te recouvre aujourd’hui.
Tu es né le 16 septembre 1932 à Pusignan et tu n’as pas connu l’opulence pendant ton enfance, en cette période troublée de notre histoire. Les privations et les enfants de troupe ont forgé ton caractère.
Tu t’engages le 16 septembre 1950, le jour de tes 18 ans, au 3ième régiment de Spahis Algériens en garnison à Arenberg en Allemagne. Tes qualités sportives et intellectuelles te permettent d’être promu rapidement maréchal des logis.
Tu sers alors en Indochine entre 1951 et 1954 au sein du 5ième Rgt de Spahis Marocains. Tu t’intègres rapidement et montre rapidement des qualités certaines dans le renseignement, tu apprends le Vietnamien. Tu crées et commandes le commando Centaure composé de rebelles ralliés avec lequel tu obtiendras de beaux résultats, tes hommes t’adoraient et c’est le cœur serré que tu les quittes en avril 1954 pour rejoindre le 5ieme régiment de hussards à Fritzlar en Allemagne. La guerre et l’Indochine t’ont marqué à vie. 
Tu rejoins l'ALAT (GAOA8/GALAT8 de Dinan) en 1956 après un stage avion à St Yan puis à Tarbes où tu seras transformé sur L18, L19 et NC856. Tu sers alors successivement à Setif, en Algérie, et au GALAT 9 de Valence. En 1961 tu suis le stage de pilote d'hélicoptères à Dax puis tu repars pour 25 mois en Algérie, à Setif, où tu es formé sur Vertol H21 "Banane", puis à Alger et à Oran. A ton retour en France tu es affecté au GALDIV7 à Mulhouse, où tu es transformé sur ALIII, puis à Lyon. Adjudant-chef, tu quittes l'armée en 1966 pour travailler à la Mobil Oil. Tu t'investis par la suite dans une association destinée à venir en aide aux enfants défavorisés du Vietnam et tu n’oublies pas tes camarades de l’ALAT. C’est ainsi que tu participes à la création de l’amicale Rhône Alpes des anciens de l’ALAT et que tu en resteras administrateur. Chacun t’appréciait pour ta gentillesse, ton dynamisme et tes connaissances sur une multitude de choses, nous étions aussi admiratifs de ce que tu faisais pour les enfants vietnamiens, de ton humanité et de ton dévouement. Tu étais officier de la Légion d'honneur, médaillé militaire, titulaire de la Croix de guerre des TOE avec 3 citations dont une à l'ordre de l'Armée et de la Valeur Militaire avec 3 citations dont 1 à l'ordre de l'Armée.
Les anciens de l’ALAT Rhône Alpes partagent la douleur de tes enfants et de toute ta famille et leur expriment leur soutien dans le malheur qui les frappe.
Adieu Pierre et bon voyage dans l’azur du ciel. Nous savons que tu n’es pas loin »juste de l’autre côté du chemin » comme disait Charles Peguy."

  Lyon, 30 octobre 2013

 

P1070741

P1070749

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT - dans ANCIENS COMBATTANTS
commenter cet article
11 octobre 2013 5 11 /10 /octobre /2013 16:24

Le décret no 2013-853 du 24 septembre 2013 fixant le taux de majoration de l’Etat des rentes accordées au titre de l’article L. 222-2 du code de la mutualité décret du 24 septembre 2013, paru au journal officiel du 26 septembre , prévoit une réduction du taux de majoration de la rente mutualiste du combattant, ce qui ne s’est jamais produit depuis la création de celle-ci en 1923. C’est donc une atteinte majeure au droit à réparation.

La fédération nationale André Maginot, l'Union fédérale et l'Union nationale des combattants ont rédigé le communiqué présenté ci dessous. Ce communiqué a été envoyé aux parlementaires de la Drôme ceci avant la discussion du budget concernant les anciens combattants, les autres sections ont fait de même dans leur département.

SCAN0014-copie-1

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT - dans ANCIENS COMBATTANTS
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 12:27

Madame, Monsieur

 

vingt-ans-apres-l-operation-daguet-le-colonel-arnaud-dupuy-Veuillez trouver ci-dessous un texte rédigé par « les sentinelles de l’agora », club de réflexion qui  regroupe des officiers supérieurs et généraux des trois armées, de sensibilités diverses, mais ayant de multiples expertises et membres de nombreuses associations et institutions de Défense.

L’ASAF dénonce depuis des années, la dégradation inexorable de notre Défense.
Elle  souscrit donc totalement à l’analyse et aux objectifs visés par ce Manifeste.

Elle estime que la situation est suffisamment grave pour interpeler les responsables politiques de tous bords sur la gravité de la situation de nos armées et contribuer ainsi à une prise de conscience indispensable et rapide des réalités.

 

 

MANIFESTE POUR LA SAUVEGARDE DE NOS ARMEES

 

Le démantèlement de l’institution militaire arrive à son terme. Infiniment plus que l’actuelle disette budgétaire, la fin de la guerre froide, les impératifs de l’Etat-providence et la volonté des « post modernes » d’en finir avec le « fracas des armes » ont été les abrasifs les plus puissants pour réduire, en moins d’un demi-siècle, l’armée française à l’état d’échantillon. La force militaire est passée, dans le silence et la dénégation, du statut d’institution régalienne majeure à celui d’une société de services que l’on rétribue à la tâche.

Le couronnement de cette efficace entreprise de démolition a été de placer la haute hiérarchie aux ordres d’une administration civile de défense qui prospère sans frein, au prétexte de recentrer les militaires sur leur cœur de métier. Le soldat, « ravalé à la fonction d’homme de peine de la République », est prié de verser son sang dans le silence et l’indifférence en se soumettant aux règles strictes d’un devoir d’Etat pourtant largement déserté par ceux censés le faire mettre en œuvre et le faire respecter.

Ce désastre consommé ne peut plus être confiné sous l’éteignoir d’un « devoir de réserve de la grande muette », caution hypocrite et confortable à la disposition de tous les habiles pour esquiver dans le confort de la chose publique leurs responsabilités envers la Nation.

 

 Des fautes multiples :

C’est en effet une grande faute que de sacrifier le bras armé de la France au gré des idéologies de rencontre et de quelques embarras financiers.

C’est une faute en regard du monde tel qu’il s’organise et dont chacun sait qu’il réservera de fâcheuses surprises. L'absence actuelle de menace militaire majeure n’est qu’un simple moment de l’Histoire. Son calme apparent ne doit pas masquer les reconfigurations géopolitiques qui marginaliseront, pire élimineront sans pitié les nations au moral défaillant.

C’est une faute vis-à-vis de la sécurité des Français de faire ainsi disparaître un pilier majeur de la capacité de résilience du pays face à une éventuelle situation de chaos, dont nul ne peut préjuger le lieu, l’heure et la nature. Pour y faire face, seule une force armée peut et doit offrir les moyens suffisants, servis par des hommes et des femmes structurés par les valeurs puissantes du devoir et de l’obligation morale.

C’est une faute d’éliminer l’une des institutions « fabriques de liens » dont la France a un urgent besoin face à l’action déterminée de forces centrifuges, dont elle est coutumière, et mises généralement au service d’intérêts particuliers et communautaristes.

Il est donc plus que temps de rétablir  la puissance et l’efficacité d’une institution d’Etat « pour le dedans comme pour le dehors » et de permettre à la France de se remettre à penser en termes de risques et de puissance stratégique. Elle en a les moyens. Elle doit le faire sans l’attendre d’une Europe, puissance inexistante, ou d’une soumission transatlantique délétère voire de plus en plus illusoire.

Que rétablir et comment ?

Les voies et moyens pour rétablir une institution, désormais comateuse, sont nombreux et divers. Ils n’attendent qu’une impulsion réparatrice, après des décennies de mesures irresponsables. Ils ne pourront, cependant, faire l’économie d’un certain nombre de dispositions, dont l’abandon ou le travestissement ne sont plus acceptables.

D’abord, un budget décent qui permette à nos soldats de disposer de l’entraînement et des équipements nécessaires, et au politique de s’engager sans le soutien déterminant des Etats-Unis, tout en évitant le stupide tout ou rien nucléaire.

Ensuite, des hommes et des femmes en nombre suffisant. Rien d’efficace et de durable ne peut se faire sans des effectifs capables de marquer dans la durée, sur et hors du territoire national, la volonté et la détermination de la Nation.

Avec, bien entendu, une organisation des forces parfaitement univoque, tout en faisant la répartition qui convient entre des professionnels en nombre suffisant et les citoyens en armes qui doivent impérativement revenir au centre de notre dispositif sécuritaire et identitaire.

Enfin, une répartition équilibrée, entre l’exécutif et le Parlement, des responsabilités qu’autorise la Constitution, laissant au militaire le devoir d’exercer librement son conseil, tout en administrant et mettant en œuvre les forces autrement que par le canal malsain d’une administration de défense d’autant plus intrusive qu’elle se sait irresponsable.

Autant de mesures indispensables qui seront déclinées, point par point, dans des documents à venir et dont les signataires du présent document demanderont, avec détermination et constance, la réalisation pour le bien public.

Il est grand temps de rénover et de renouveler le contrat de confiance de la République avec ses soldats. S’il n’est pas trop tard, il devient urgent de lui redonner la vigueur indispensable sans qu’il soit besoin de recourir à des formes de représentation qui, bien qu’étrangères à notre culture militaire, pourraient s’avérer, un jour peut-être proche, le seul moyen pour nos soldats de se faire entendre.

 

 

Les sentinelles de l’agora
Le 30 septembre 2013

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT
commenter cet article
3 octobre 2013 4 03 /10 /octobre /2013 12:04

Chers camarades,

Le-general-Bertrand-Ract-Madoux-un-diplomate-a-la-tete-d-unLe président de la République a arrêté, dans le Livre blanc 2013, la stratégie de Défense et de sécurité de la France. Ce nouveau cap, qui tient compte de la situation économique de notre pays et de la nécessité de redresser ses comptes publics, fixe aux armées un contrat opérationnel adapté à ses ambitions de puissance.

La loi de programmation militaire 2014-2019, qui devrait être adoptée avant la fin de l’année par le parlement, traduira, quant à elle, les orientations de la politique de Défense en termes d’effectifs, d’équipements et de moyens financiers. Ce projet de loi de programmation, auquel l’armée de Terre a été associée, a mobilisé toute mon énergie et celle de mon état-major durant plusieurs mois. Comme je l’ai indiqué récemment devant des sénateurs, il me semble offrir à l’armée de Terre le meilleur compromis lui permettant d’assurer son contrat opérationnel, dans un contexte budgétaire tendu. Il prévoit d’abord de poursuivre l’indispensable modernisation de nos matériels grâce au programme Scorpion. Le lancement de cette opération d’équipements en 2014 est impératif. Il nous permettra d’envisager avec confiance l’arrivée, à partir de 2018, des tout premiers VBMR puis des EBRC, les successeurs du VAB et de l’AMX 10RC. Grâce à l’effort financier consenti par la Nation, l’armée de Terre devrait conserver son niveau actuel d’activité. Je suis donc confiant sur le maintien de la qualité de notre entraînement à venir, et donc sur notre capacité opérationnelle future. Vous connaissez le contrat qui nous a été confié par le nouveau livre blanc. Je vous en avais exposé les grandes lignes lors d’une précédente intervention vidéo. Il porte à 66 000 hommes le volume de forces projetables, contre près de 72 000 aujourd’hui. Il nécessite donc de réduire de l’équivalent d’une brigade interarmes le format des forces terrestres. Dans les prochaines années, plusieurs régiments disparaitront donc progressivement de l’ordre de bataille de l’armée de Terre.

J’ai tenu, vous le savez, à ce que ce sacrifice soit partagé par toutes les fonctions opérationnelles, dans le seul but de préserver la cohérence et l’éventail des capacités de l’armée de Terre. Toutes sont utiles, mais certaines ont déjà atteint un niveau minimum, au risque de disparaître totalement. Les restructurations doivent aussi générer des économies, notamment de stationnement et d’infrastructure. Enfin, la cohérence territoriale des brigades sera améliorée, renforçant ainsi leur cohésion.

C’est sur la base de tous ces critères que j’ai proposé cet été, à nos autorités politiques, un plan de réorganisation, dont la première étape débutera au cours de l’année 2014.

Après une période de réflexion poussée, une décision a été prise que je vous annonce avec tristesse, à savoir la dissolution du 4e régiment de dragons de Carpiagne, régiment équipé de chars Leclerc, qui prendra effet à l’été 2014. Le 1er régiment étranger de cavalerie d’Orange, équipé d’AMX 10RC, sera, quant à lui, transféré à Carpiagne, courant 2014. Enfin, un régiment d’infanterie sera également dissout en 2014 mais son annonce en sera faite un peu plus tard, dès que l’ensemble des parties concernées aura pu en être avisé.

Vous le savez bien, c’est pour moi un véritable « crève-coeur » de voir disparaître ne serait-ce qu’un seul de nos beaux régiments. Chacun d’eux est chargé d’une riche histoire militaire, partagée par tous au sein du régiment et, ces dernières années, leur valeur a été éprouvée, parfois durement, sur les théâtres d’opération extérieurs. J’aurai donc une attention particulière pour que leur patrimoine historique ne sombre pas dans l’oubli et que leur souvenir soit entretenu dans nos rangs. Plus encore, je partage évidemment la déception et l’inquiétude de tous ceux que ces décisions vont toucher, et sans doute meurtrir. Je mesure les difficultés que ces changements vont entraîner pour chacun d’eux et tout particulièrement pour leurs familles. Je leur demande de ne pas céder à l’amertume et de garder la tête haute.

Comme par le passé, je veillerai personnellement à ce que l’armée de Terre marque son intérêt et son attachement à chacun et chacune, militaires comme civils.

Je connais par ailleurs votre impatience à tous et l’anxiété de vos familles dans l’attente des autres annonces de restructuration. En effet, il faudra, l’an prochain, poursuivre ce plan de réorganisation. Quelques autres formations seront dissoutes à partir de 2015 et des ajustements capacitaires seront effectués dans la plupart des fonctions opérationnelles. Je vous communiquerai les décisions qui auront été retenues dès que cela sera possible. Une nouvelle fois, l’effort qui est demandé à l’armée de Terre est considérable, mais il est raisonné. Je sais qu’il intervient après une longue période de transformations, dans un climat économique défavorable. Je mesure aussi les inquiétudes que fait peser la réforme des retraites. Cependant, sachez à ce sujet que le ministre de la Défense a défendu les spécificités du régime de pensions militaires et les droits particuliers auxquels il ouvre. J’ai la certitude que ce nouvel effort n’entamera pas nos atouts les plus solides. La qualité de notre formation et de notre entraînement demeure, préservant ainsi intacte notre capacité opérationnelle à nous engager dans les combats les plus durs. Surtout, je sais pouvoir m’appuyer sur votre dévouement, votre sens du devoir et sur la cohésion de l’armée de Terre, qui n’a jamais fait défaut, même dans les moments les plus difficiles.

Soyez tous convaincus qu’en ces moments, je suis à vos côtés.

Général d’armée Bertrand Ract Madoux

Repost 0
Published by LCL MICHEL BRAULT - dans DEFENSE NATIONALE
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du président des combattants volontaires de la Drôme, LCL BRAULT
  • Le blog du président des combattants volontaires de la Drôme, LCL BRAULT
  • : Blog de la section Drôme de la fédération nationale des combattants volontaires
  • Contact

Recherche